Non classé

Message d’AEOF à l’occasion de la Nativité

NATIVITÉ 2021

Bien-aimés dans le Christ,

Le Christ est né ! Glorifions-le !

Au nom de mes frères, les évêques membres de l’Assemblée des Évêques Orthodoxes de
France, je vous adresse un message de joie et d’espoir à l’occasion de la glorieuse fête de la
Nativité de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ.
En cette soirée lumineuse, comblés de joie et d’espoir, nous chantons les hymnes par
lesquelles nous rendons grâce à Dieu pour son indicible bonté. Nous joignons nos voix à
celles des anges qui le glorifient, accompagnés par les bergers témoins de ce miracle
insondable : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix pour ses bien-aimés. »
(Lc 2, 14) Né dans les plus humbles circonstances, c’est à l’intérieur d’une grotte, entouré
d’animaux, dans le silence d’une nuit solitaire, que le Seigneur, créateur du ciel et de la terre,
entre dans l’histoire et dans le temps, non comme un roi, mais comme un serviteur. Saint
Paul, dans son Epître aux Philippiens, ne le dit pas autrement : « Il s’est dépouillé, prenant la
condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et reconnu à son aspect comme un
homme. » (Ph. 2, 7)
C’est en raison de cette « condition de serviteur » qu’il partage désormais nos faiblesses et la
vulnérabilité de tout ce que nous sommes par nature. Il l’adopte de la Très Sainte Mère de
Dieu et toujours Vierge Marie, elle « la servante du Seigneur » (Lc 1, 38). Le jour de sa
nativité, sa garde d’honneur n’était constituée que d’un vieil homme, Joseph. Ses sujets se
limitaient à quelques bergers accompagnés de leurs animaux et qui se prosternaient avec
émerveillement devant le miracle dont ils étaient les témoins privilégiés. La naissance du
Christ à Bethléem de Judée est une icône de l’humilité et de la douceur de Dieu lorsqu’il
vient à notre rencontre. Il ne force pas. Il demande à être accueilli. Il apparaît avec
délicatesse.
Le Christ s’offre pour la vie du monde dans les circonstances les plus simples et nous
n’avons pas besoin d’être riches ou puissants pour faire rayonner l’amour du Seigneur. Il
naît en chacun d’entre nous afin que nous puissions le faire naître à notre tour dans le
monde, par nos pensées, nos paroles et nos actions. Tout ce que nous avons à faire est de
prier pour le monde, de prier pour que les fractures, qui manifestent la nature déchue dans
laquelle nous vivons, puissent être transformées par une bonté toute spirituelle, un cœur
compatissant, fruits des vertus de l’Esprit qui clament haut et fort l’amour de Dieu pour
tous.
La grotte de Bethléem est une image du cœur humain, un lieu de contemplation, mais aussi
de gratitude. Laissons le Seigneur pénétrer au plus profond de nous-mêmes, car il s’offre et
continue à s’offrir au travers de la vie de l’Église, par ses sacrements. Comme le saint Apôtre et Évangéliste Jean le Théologien l’a écrit dans son prologue : « Et le Verbe s’est fait chair et il
a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père. » (Jn 1, 14)

Chers frères et sœurs en Christ,
Lorsque le Seigneur fait sa demeure en nous, il embrasse tout ce qui en nous est cassé et a
besoin d’être restauré au plus profond de notre cœur et au plus profond de notre conscience.
La crainte du divin se mue en espoir à mesure qu’il entre en nous. Il ne nous méprise pas,
que nous soyons indigents ou prospères. Sa bonté nous nourrit au-delà de notre
compréhension. La fête de la Nativité que saint Grégoire le Théologien appelle une
« nouvelle création » nous incite à nous rapprocher toujours un peu plus d’une ressemblance
authentique avec le Christ. La bienveillance de Dieu fait de nous des serviteurs libres,
témoins de ses commandements : « A ceci, tous vous reconnaîtront pour mes disciples : à
l’amour que vous aurez les uns pour les autres. » (Jn 13, 35). À l’heure où nous continuons
notre combat contre la pandémie de COVID-19, que l’exemple du Christ, par son humilité et
son éthos de service, continue à faire grandir en nous l’amour qui seul lui rend dignement
témoignage. Nous prions pour votre bonne santé et celle de vos familles.
Au nom de l’Assemblée des Évêques Orthodoxes de France, je vous souhaite à toutes et à
tous que la lumière, la paix et la joie de Noël soient présentes dans vos foyers et vos familles
aujourd’hui, à l’aube de cette nouvelle année.

Le Christ est né ! Glorifions-le !

† Le métropolite Dimitrios, de France, Exarque d’Europe,
Patriarcat œcuménique de Constantinople,
Président de l’Assemblée des Évêques Orthodoxes de France.

† Le métropolite Ignace, Archevêché Antiochien-orthodoxe de France, d’Europe occidentale et

méridionale, Patriarcat grec-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient.
† L’évêque Luka, évêque d’Europe occidentale, Patriarcat de Serbie.

† Le métropolite Joseph, Métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale et méridionale,

Patriarcat de Roumanie.

† Le métropolite Antonij, Métropole orthodoxe bulgare d’Europe occidentale et centrale,

Patriarcat de Bulgarie.

† Le métropolite Abraham, Éparchie d’Europe occidentale, Patriarcat de Géorgie.
† L’évêque Irénée de Réggio, évêque auxiliaire, Métropole grec-orthodoxe,

Patriarcat œcuménique de Constantinople en France.

† L’évêque Marc, évêque vicaire, Métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale et

méridionale, Patriarcat de Roumanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *